Nos méthodes

L’équipe AFCOR inscrit son action dans le champ de la psychologie sociale tant du point de vue des formations initiales (les intervenants du cabinet ont tous au minimum un master dans cette discipline ou une formation doctorale) que des pratiques professionnelles. Cette discipline regroupe un ensemble important d’auteurs qui ont produit une littérature fructueuse en matière de fonctionnement des groupes humains, de conduites et de comportements, d’attitudes et de représentations sociales.

Le champ des interventions vise à appréhender le lien humain / activité dans toutes ses composantes.businessman hand draws gear to success concept

Au sein de cette discipline, l’équipe AFCOR utilise particulièrement les références théoriques suivantes :

  1. La gestion des groupes : les travaux de K. Lewin sur la dynamique de groupe, la distribution des rôles et les phénomènes collectifs.
  2. Les travaux sur la psychologie de l’engagement de R.V Joulé et J.L Beauvois ainsi que les phénomènes de normes implicites et d’influences dans les groupes.
  3. L’analyse des représentations sociales : les travaux de Moscovici et l’ensemble de l’école des représentations sociales françaises.
  4. L’approche ergologique développée par Schwartz de l’université de Provence, en tant que démarche pluridisciplinaire visant à mieux connaître les situations de travail et surtout à mieux intervenir sur celles-ci pour les transformer.
  5. La psycho-dynamique du travail : pour ce qui concerne les analyses d’intervention en situation de mutation, cf. C. Dejours du CNAM.
  6. Les travaux en psychologie de la santé intégrant et dépassant les approches biologiques, psychosomatiques et épidémiologiques en intégrant les caractéristiques psychosociales à l’interrogation et l’explicitation des notions de santé, de bien-être, de qualité de vie, ou encore de satisfaction au travail.
  7. Les analyses des conditions de travail et les situations de violence et stress : nous utilisons les ressources documentaires de la fondation européenne et du BIT (rapport de recherche, études, etc.).
  8. Les travaux sur la psychologie du risque et notamment les comportements à risque dans l’environnement de travail (port des équipements de sécurité, conduite de véhicules…).
  9. Les travaux en sociologie des organisations sur les jeux d’acteurs et l’analyse des relations de pouvoir (Crozier et Friedberg).
  10. L’analyse de la nature et des relations de la culture organisationnelle et des cultures métiers.
  11. Les travaux sur plusieurs variables considérées comme déterminantes telles que la perception de la justice organisationnelle, l’engagement organisationnel, la motivation et l’engagement dans l’action.

Le cabinet intègre dans ses pratiques quotidiennes ces référentiels théoriques et fait usage de grilles de lectures interindividuelles, situationnelles, organisationnelles ou culturelles mais en aucune façon les interventions du cabinet ne cherchent à expliquer les comportements des individus par une approche intra-individuelle. Les consultants ne se centrent pas sur l’itinéraire personnel du sujet et leurs interventions n’ont pas de visée thérapeutique au niveau de l’individu.

Au travers de ses pratiques professionnelles le cabinet procède donc à l’articulation et l’interrogation des référentiels théoriques par les données empiriques qui sont régulièrement capitalisées, formalisées et diffusées (publications, colloques, enseignements universitaires, recherche doctorale) .